Vie quotidienne

Confinement jour 19 : Séance jardinage

Lorsque j’ai emménagé dans cet appartement, il y a un an, j’avais une idée bien précise de ce que je voulais faire de mon grand balcon : un potager ! J’imaginais des grands bacs pour y mettre toutes sortes de légumes, toute la panoplie d’aromates et même quelques arbres fruitiers. Si, si, j’ai vu qu’il en existait des miniatures spécial balcons. Je voyais tout en grand(iose). Comme chaque fois que je me lance dans un projet.

Mais entre le manque de temps et le manque d’argent, mon super potager n’était pas prévu pour tout de suite. En plus j’ai une cuisine à faire d’abord.

Oui mais voilà, Covid-19 et Confinement sont arrivés à l’improviste. Et quand on est cloîtré à la maison, il faut bien s’occuper. Alors l’idée du potager s’est imposée.

Tout d’abord, je devais me documenter. En effet, mon dernier souvenir de jardinage remonte à l’école maternelle et à une expérience avec des lentilles dans des pots de yaourt. J’ai bien retenu qu’il faut de la terre, du soleil et de l’eau pour qu’une plante pousse. En revanche, mettre des lentilles dans un pot vide dans un placard fermé ne donne rien du tout.  Déjà, j’avais les bases, non ? Mais pour être sûr de bien réussir, j’ai téléchargé en pdf le livre Un potager sur mon balcon. Ne me demandez pas sur quel site, je n’en sais rien. C’était un pur hasard et j’ai été très surprise d’avoir cette perle gratuitement sur mon smartphone.

Bref je me suis instruite pendant deux jours. Et puis je me suis mise en quête de matériel pour jardiner. Évidemment, je n’avais ni contenant ni contenu. Sauf que voilà, confinement oblige, les jardineries sont fermées. Et même sur internet, le fonctionnement est très restreint. Alors j’ai dû me résoudre à abandonner mon potager.

Et puis il y a deux jours, Chérie a dû faire les courses. Il faut bien manger. Et surtout il faut de la farine pour faire pain, crêpes, gâteau,… (Est ce que certains d’entre vous sont également confrontés à la pénurie de farine dans les supermarchés ?) Mais en plus des cinq sacs de courses ramenés, Chérie est revenue avec un sac de terreau, des fraisiers, des plants de laitue et de thym. De quoi réaliser mon rêve !

Bon, elle n’a pas pris de pots. Mais j’avais trois jardinières. Pas suffisant pour six fraisiers et douze salades. Mais pas grave, le système D ça me connaît.

Hier fut mon premier jour de jardinage. J’ai transformé une caissette en bois en jardinière. J’y ai mis un sac poubelle au fond sur conseil de ma mère (c’est elle qui a inventé le système D, j’en suis sûre. MacGyver c’est un rigolo à côté). J’ai aussi pris deux pots de yaourt grand format pour compléter mes contenants.

Dans le livre, c’est écrit qu’il faut d’abord mettre une couche drainante faite de graviers, cailloux, billes d’argile,… Je suis donc allée ramasser des galets et des petits bouts de bois dehors, dans la résidence. Malheureusement, j’en ai eu assez que pour la caisse en bois. Je n’ai pas osé retourner en chercher, je tiens pas à être accusée de dégrader les espaces communs. Donc pas de couche drainante pour les jardinières et pots de yaourt.

Ensuite j’ai réparti le terreau. J’en ai eu juste assez. Les plants ont fait une petite baignade dans un saladier avant de rejoindre leur nouvel emplacement. Puis ils ont bien été arrosés.

Maintenant reste plus qu’à croiser les doigts (et arroser de temps en temps). Et à empêcher Petit Bonhomme ainsi que le chat Casse-Pieds de s’approcher : l’un veut arracher les feuilles, l’autre les mange.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *